Recherche

PKLS NewsLetter

Quoi de neuf (News)*

Jak Woumen - Jacques Roumain (ayiti)

 

Jacques Roumain

 

Jak Woumen - Jacques Roumain

(1907 - 1944)

 

Jacques Roumain est un écrivain, poète, anthropologue, homme politique et journaliste haïtien né le 4 juin 1907 à Port-au-Prince et décédé en 1944.

Il fonda en 1934 le Parti communiste haïtien.

Les Fantoches , Port-au-Prince : Imprimerie de l'État, 1931
La Montagne ensorcelée , Port-au-Prince : Imprimerie E. Chassaing, 1931 ; Montréal : Mémoire d'encrier, 2004
Gouverneurs de la rosée , Port-au-Prince : Imprimerie de l'État, 1944 ; Montréal : Mémoire d'encrier, 2004

Biographie de l'auteur
Jacques Roumain est né en Haïti à Port-au-Prince. Poète, romancier, ethnologue, diplomate, il a été aussi le fondateur du Parti communiste haïtien. Son roman - qui avait fait l'objet d'une adaptation télévisée par Maurice Failevic - est un livre miraculeux de poésie. Un de ces livres qu'on n'oublie pas. Depuis plusieurs années, ce roman n'était plus disponible en France.

SDM
Un grand classique de la littérature haïtienne, écrit au milieu des années 1940. Une histoire d'amour sur fond de justice sociale, de querelles familiales, de haines ancestrales.

Jacques Roumain est né le 4 juin 1907 à Port-au-Prince (Haïti). Scolarisé à Saint Louis de Gonzague, il achève ses études en Suisse pour voyager ensuite en Allemagne, en France, en Angleterre et en Espagne où il amorce des études d'agronomie. À l'âge de vingt ans, il rentre en Haïti.

Il contribue alors très activement à la naissance de la Revue Indigène où il publie poèmes, nouvelles et traductions. Très impliqué politiquement, il est emprisonné une première fois en 1929. Très rapidement aussi, il publie successivement La proie et l'ombre , La montagne ensorcelée et Les fantômes . Se retirant des fonctions qu'il occupe au sein du Gouvernement, il est à nouveau emprisonné en 1933 et en 1934 alors qu'il vient tout juste de fonder le Parti Communiste Haïtien dont il est par ailleurs le Secrétaire Général. Analyse schématique 32-34 , un essai politique et social, lui vaut alors trois années de prison à la suite desquelles il repart pour l'Europe, fragilisé.

Après un an passé en Belgique, il s'installe à Paris, entreprenant des études d'ethnologie à la Sorbonne et des études de paléontologie sous la direction de Paul Rivet, au Musée de l'Homme. Parallèlement, il collabore à différentes revues telles que Regards , Commune , Les Volontaires . Il publie également « Les griefs de l'homme noir » au sein d'un texte collectif intitulé L'homme de couleur . Membre de la Société des Américanistes de Paris et alors que la guerre éclate, il gagne les États-Unis dès 1939.

Inscrit à l'université Columbia à New York, il poursuit ses études scientifiques ainsi que ses activités littéraires dans le cadre de revues importantes. Il voyage beaucoup et séjourne presque un an aux côtés du poète Nicolás Guillén à La Havane. L'élection du Président Lescot, en 1941, lui permet alors de regagner Haïti.

Dès son retour, il fonde le Bureau d'Ethnologie de la République d'Haïti dont il est également Directeur. Ses recherches aboutissent à la publication en 1942 de ses études respectivement intitulées Autour de la campagne anti-superstitieuse et Contribution à l'étude de l'ethno-botanique précolombienne des Grandes Antilles puis, en 1943, de son livre intitulé Le sacrifice du tambour Assoto . En 1942, le gouvernement haïtien investit Jacques Roumain d'une charge de diplomate à Mexico.

Aussi est-ce dans cette ville qu'il met un point final à son roman, Gouverneurs de la rosée en juillet 1944, déjà atteint par la maladie qui l'emportera peu après, le 18 août 1944, dans son pays natal.

Pour obtenir des détails précis, consulter la biographie de Jacques Roumain établie par Léon-François Hoffmann.